top of page
  • ComTDHF

Les enfants et les jeunes au cœur des enjeux climatiques et environnementaux


Le 12 août est célébrée la Journée Internationale de la Jeunesse. À cette occasion, Terre des Hommes France souhaite rappeler le rôle central des enfants et des jeunes dans les questions liées au climat et à l'environnement.



Les enfants et les jeunes, premières victimes du changement climatique

À l’heure d’aujourd’hui, toutes les générations sont en mesure de ressentir les effets directs et indirects du réchauffement climatique. Toutefois, les enfants et les jeunes en subissent de manière disproportionnée les conséquences. En effet, ils grandissent et évoluent dans un environnement de moins en moins sain, et sont ainsi affectés par la pollution de ressources essentielles telles que l'air ou l'eau. L'UNICEF estime également que la quasi-totalité des enfants à travers le monde sont exposés à au moins un type d’aléa lié au climat et à l’environnement.


De plus, selon l’Indice des risques climatiques pour les enfants (IRCE) établi en 2021, 1 milliard d’enfants sur 2,2 milliards vivent dans l’un des 33 pays classés « à très haut risque ». Ces enfants, déjà très vulnérables en raison du déficit d'accès à des services fondamentaux, subissent également une exposition à des chocs climatiques et environnementaux multiples et concomitants : risques naturels, maladies vectorielles, pénuries d'eau, pollution atmosphérique etc. Or, les 33 pays classés « à très haut risque » ne représentent que 9 % des émissions mondiales de CO2. Les principales victimes des changements climatiques sont donc les enfants et les jeunes des pays qui y ont le moins contribué.

Pancarte lors d'une manifestation à Nuremberg (Allemagne) en 2019 (source : Markus Spiske)

En l’absence de mesures permettant réellement d'inverser la tendance, les effets des changements climatiques, dont certains déjà irréversibles, continueront de s’aggraver. En effet, selon le dernier rapport publié par le GIEC en mars 2023, le réchauffement de la planète devrait atteindre 1,5°C par rapport à l’ère préindustrielle au plus tard au début des années 2030. Après cette date, le GIEC a modélisé plusieurs scénarios variant selon l’évolution des émissions de gaz à effet de serre. Or, les politiques actuellement en œuvre produiraient un réchauffement de 3,2°C en 2100, rendant alors le monde invivable dans de nombreuses régions et pour beaucoup d’espèces. Seule une réduction rapide, forte et soutenue des émissions de gaz à effet de serre limiterait le réchauffement proche de 1,5°C ou sous 2°C au cours du siècle. Les répercussions de l'inaction face au changement climatique seront donc considérables et s'aggraveront au fil du temps. Ce fardeau pèse et continuera de peser principalement sur les épaules de la jeunesse, des générations qui ne sont pourtant pas à l'origine de la hausse globale des températures.



Un rôle primordial de la jeunesse dans la lutte contre le changement climatique

Mais les jeunesses ne sont pas que victimes du changement climatique, elles contribuent aussi de manière décisive à l'action pour le climat. Elles se mobilisent de plus en plus pour pointer du doigt l'inaction climatique, ainsi que les inégalités intergénérationnelles face à un climat qui change. Elles crient haut et fort leurs revendications pour des politiques de lutte contre le changement climatique plus ambitieuses et significatives.


Jeune manifestante pour le climat à Huesca (Espagne) en 2019 (source photo : Ahmed Bibi)

À ce titre, le mouvement des grèves scolaires pour le climat a particulièrement mis en lumière la volonté et la capacité de la jeunesse à se mobiliser autour des enjeux environnementaux et climatiques. En effet, Fridays For Future est à l'origine de la plus grande manifestation climatique mondiale de l'histoire : la mobilisation organisée le 20 septembre 2019 qui a réuni 7,6 millions de participants dans le monde et s’est déroulée dans 183 pays différents. Malgré les effets du Covid-19 sur la mobilisation, le mouvement porté par les jeunes continue de se mobiliser et est aujourd'hui implanté dans 7 500 villes sur tous les continents. De manière générale, les jeunes participent de plus en plus fréquemment à des mobilisations pour le climat afin d'exprimer leurs préoccupations et exiger l'adoption de mesures concrètes.




Il est donc primordial que la parole des enfants et des jeunes soit entendue et encouragée, à tous les niveaux. Ces derniers doivent également être impliqués dans les processus de prise de décision et dans les mesures d'adaptation et de protection du climat.



Terre des Hommes France met en place avec et pour eux des programmes d’éducation, de formation, et des actions concrètes en France et à l'international. Notre objectif est de permettre aux enfants et aux jeunes d'être les acteurs de changement, et des multiplicateurs d'actions et d'opinions, pour défendre leur droit à grandir et s'épanouir dans un environnement sain.




Sources

Fridays For Future, What we do, consulté en ligne le 07 août 2023


Réseau Action Climat France, « Synthèse du rapport du GIEC : l’urgence climatique est là, les solutions aussi », 20 mars 2023, consulté en ligne le 07 août 2023


UNICEF, "Un milliard d’enfants sont « très fortement exposés » aux impacts de la crise climatique", 19 août 2021, consulté en ligne le 07 août 2023


WATTS Jonathan, LAVILLE Sandra, “Across the globe, millions join biggest climate protest ever”, The Guardian, 21 septembre 2019, consulté en ligne le 07 août 2023


7 vues0 commentaire
bottom of page